Konan Kouadio Bertin dit KKB, ministre de la réconciliation et de la cohésion sociale a émis le vœu de faire des acteurs de la presse numérique des partenaires privilégiés du processus de conciliation et du vivre ensemble harmonieux, cher au Président Alassane Ouattara. Le ministre KKB a fait cette annonce au cours du diner qu’il a offert le jeudi 20 janvier 2021 aux membres du Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI) au restaurant Aboussouan d’Abidjan-Treichville. L’objectif de ce partenariat recherché est selon le ministre KKB, de voir la presse en ligne mettre en lumière toutes les actions menées dans la consolidation de la paix et de la cohésion sociale entre les ivoiriens.


"Je souhaite faire de la presse en ligne un partenaire privilégié parce qu’elle est réelle et rapide autant que les réseaux sociaux et avec elle, c’est l’information en temps réel", a lancé d’emblée, Konan Kouadio Bertin, ministre de la réconciliation et de la cohésion sociale aux journalistes des vingt (20) organes de presse qui ont répondu présents à son invitation. Avant de faire un constat. "Nous avons fait beaucoup de choses mais peu d’ivoiriens en sont informés", a-t-il reconnu.


"Je compte sur vous pour mettre en lumière les actions du ministère de la réconciliation afin que le Président de la République soit satisfait d’avoir créé ce département ministériel", a souligné KKB qui a profité de l’occasion pour réaffirmer sa loyauté au Chef de l’Etat, Alassane Ouattara qui lui a fait confiance en le nommant le 15 décembre 2020, ministre de la réconciliation. "Ma loyauté ne fera jamais au Président Ouattara", a-t-il révélé afin de manifester sa reconnaissance à celui qui préside aux destinées de la Côte d’Ivoire.


"Ce partenariat devrait finir par convaincre les Ivoiriens à croire en la réconciliation sans laquelle aucun développement ne peut prospérer", a lancé KKB à l’endroit des acteurs de la presse numérique.


Revenant sur son département ministériel, Konan Kouadio Bertin a indiqué que depuis sa nomination, son cabinet et lui, ont passé les douze derniers mois à "trouvé le cadre de travail". "Ils étaient nombreux, ceux qui ne vendaient pas chère ma peau", a-t-il renchérit.


Le ministre n’a pas manqué de rappeler ses liens de fraternité et d’amitié avec certains membres du REPPRELCI. "Même si je ne vous fais pas la passe, l’histoire retiendra que l’un d’entre nous, a atteint un certain niveau dans la société", a-t-il lancé avec une pointe d’humour.


Kouadio Konan Bertin est également revenu sur sa candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2020. "Le 31 octobre 2020, j’ai été candidat. Entre deux maux, il fallait choisir le moindre mal", a-t-il déclaré pour expliquer le sens de sa candidature.


"Quand nous avons fait les élections législatives, j’ai été réconforté dans ma position. Quand j’ai vu les présidents Ouattara et Gbagbo s’embrasser au Palais présidentiel, j’ai été réconforté. Je suis le gardien de la paix", a souligné le ministre de la réconciliation et de la cohésion sociale.  

Continuant sur sa lancée, Konan Kouadio Bertin a déclaré qu’il rêve d’une Côte d’Ivoire, où, tout le monde pourra vivre en bonne intelligence.


Commentant l’actualité politique ivoirienne, marquée par la mise sous mandat de dépôt d’un proche l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Konan Kouadio Bertin a tenu à préciser la réconciliation a lieu dans un Etat de droit où la justice fonctionne et la vie continue.

"Il ne faudra qu’on pense que comme, il y a la réconciliation, il n’y a plus de justice", a-t-il affirmé avant de marteler "la justice et la réconciliation vont de pair".


Le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire, par la voix de Lassina Sermé, son président a remercié le ministre pour sa sollicitude tout en lui présentant les vœux du nouvel an.


Le premier responsable du REPPRELCI a rappelé à l’hôte de marque du jour et à sa délégation, la détermination de cette organisation à accompagner le ministère de la réconciliation et de la cohésion sociale.


"Faire la promotion de la paix en Côte d’Ivoire fait partie des statuts et règlements du Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire", a confié Lassina Sermé avant de soutenir avec force et vigueur que le ministère de la réconciliation et de la cohésion sociale peut déjà se targuer d’avoir l’assentiment et l’accompagnement du REPPRELCI.  

"La presse a une mission de service public", a-t-il conclu.