Au cours des dix dernières années, l’Agence Française de Développement (AFD) en Côte d'Ivoire, a investi 2600 milliards de F CFA, dont 1180 milliards de F CFA dans le cadre du Contrat de Développement désendettement (C2D), mécanisme de transformation de la dette remboursée en investissement direct dans les secteurs socio-économiques pour soutenir un développement inclusif et durable. C’est l’annonce faite par Jean-Christophe Belliard, Ambassadeur de France en Côte d'Ivoire, au cours d’une conférence de presse ce 13 octobre à Abidjan, entouré de plusieurs responsables régionaux et locaux de cette institution. 


A l'occasion de cette rencontre avec les médias, dans le cadre de la célébration des 80 ans de l’Agence, le diplomate a révélé que le troisième C2D, s’élève à 756 milliards de FCFA et devrait être signé dans les prochains jours. "Il est en cohérence avec les priorités dégagées par les autorités ivoiriennes qui sont entre autres la sécurité, l’éducation-formation et l’emploi, la technologie, le transport avec la ligne 1 du métro d’Abidjan et la résilience climatique, en rapport bien entendu avec le Programme National de Développement (PND 2021-2025)", a précisé M. Belliard.


>>>Téléchargez l’application RTI Info et retrouvez toute l’actualité de la Côte d’Ivoire https://bit.ly/3yoHkyO


Intervenant par la suite, Emmanuel Debroise, Directeur AFD Côte d'Ivoire, a fait savoir que le premier C2D a été décaissé à hauteur de 99% et le second à 79%. Il reste ainsi 200 milliards de FCFA à décaisser sur les deux C2D en cours, selon lui. Il a affirmé que 335 milliards de F CFA ont été engagés dans le secteur de l'éducation et près de 174 milliards de FCFA dans le domaine de la santé. 


Selon Matthieu Discour, Directeur régional du Golfe de Guinée de l’AFD, l’institution intervient dans le Golfe de Guinée qui regroupe huit pays qui sont : le Ghana, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Liberia, le Nigeria, la Sierra Leone, le Togo et le Bénin, dans le cadre d’une stratégie régionale. Elle y a investi plus de 5 milliards d’euros et financés plus de 400 projets entre 2016 et 2020. 


"C’est une plate-forme bilatérale qui cherche à rapprocher les acteurs afin de consolider la prospérité de cette zone et traiter les fragilités autour de quatre axes d'actions qui sont notamment le soutien à l’insertion économique et sociale de la jeunesse, la consolidation des transitions démocratiques et citoyennes au niveau des Etats et de la société civile, une réponse intégrée face aux risques de fragilisation des zones du Sahel et de Lac Tchad, ainsi que l’appui à l’émergence des espaces urbains créateurs de valeurs dans la dynamique des ODD", a-t-il indiqué. 


Fatoumata Sissoko-Sy, Directrice régionale Proparco-Afrique de l'Ouest, a présenté cette filiale de l'AFD, une institution financière dotée d'un actionnariat international. Elle a expliqué que Proparco accompagne le secteur privé depuis une quarantaine d'années et finance des sociétés, dont l’activité participe à la création d’emplois et de revenus décents, à la fourniture de biens et de services essentiels, ainsi qu’à la lutte contre le changement climatique. Cette filiale a d’ailleurs engagé 114 milliards de FCFA dans les start-ups, TPE et les PME en Côte d'Ivoire. 


>>>Téléchargez l’application RTI Info et retrouvez toute l’actualité de la Côte d’Ivoire https://bit.ly/3yoHkyO


Créée en 1941 par le Général de Gaulle, la Caisse de la France s'est transformée en 1998 en l'Agence Française de Développement (AFD), un groupe qui met en œuvre la politique de la France en matière de développement et de solidarité internationale. Elle a aujourd'hui 80 ans et a ouvert son bureau à Abidjan en 1944. Elle est aujourd’hui composée de l’AFD, en charge du financement du secteur public et des ONG, de Proparco, pour l’appui financier au secteur privé et Expertise France qui apporte de l’assistance technique dans plus de 115 pays et territoires.