La désinformation n’a pas connu de trêve estivale. Les grandes plateformes se montrent globalement impuissantes face au déferlement des infox. C’est pourquoi il devient urgent de réfléchir avant de relayer le faux : c’est le sens de la campagne lancée par l’ONU sous le hashtag #RéfléchissezAvantDePartager.


Tous les grands sujets d’actualité qui ont marqué l’été ont charrié leur lot d’infox, de fausses nouvelles. On citera par exemple le Liban et ce détournement d’images prises sur le vif lors de l’explosion à Beyrouth avec l’ajout d’un missile - inexistant sur la vidéo originale - dans le but d’accréditer la thèse d’un attentat. En réalité, rien ne vient étayer cette version des faits. Or, il y avait moyen d’éviter de propager cette infox : des outils existent pour vérifier l’authenticité d’une photo et débusquer un montage, encore faut-il s’en donner la peine.


Les appels à la prudence se multiplient. Comme cette campagne abondamment relayée sur Tweeter #RéfléchissezAvantDePartager


Prendre le temps


Le principe est simple : avant de cliquer sur j’aime, je partage ou je retweete, l’internaute est incité à prendre le temps de se poser quelques questions :