Au moins quinze soldats nigériens ont été tués et quatre autres blessés dans une attaque "terroriste" mardi dans la région de Tillabéri (ouest) proche du Mali, portant à 31 le nombre de militaires morts en quatre jours dans des attaques, a annoncé mercredi soir le gouvernement.

 

L'attaque menée "par des hommes lourdement armés" a visé mardi après-midi "une position" de l'opération antiterroriste nigérienne Almahaou ("Tourbillon", en langue locale) dans la zone d'Intoussan, près de la ville de Banibangou, non loin de la frontière malienne, indique un communiqué du ministère de la Défense.

 

"Les opérations de ratissage se poursuivent dans la zone d'opération, le bilan provisoire est le suivant: quinze militaires décédés, quatre blessés, trois véhicules détruits. Côté ennemis plusieurs terroristes neutralisés (tués) et du matériel détruit", selon le communiqué, qui ne précise pas les circonstances de l'attaque.

 

La région de Tilabéri est située dans la zone dite des "trois frontières" entre Niger, Mali et Burkina, cible de fréquentes actions sanglantes des groupes jihadistes. Samedi, 16 soldats nigériens avaient été tués et un autre porté "disparu", à la suite d'une embuscade tendue par des hommes armés contre une patrouille de la Garde nationale dans la zone de Tillia, dans la région de Tahoua, également proche du Mali, cible des jihadistes depuis 2012.

 

La région de Tahoua, vaste et désertique, se trouve à l'est de celle de Tillabéri et est aussi régulièrement attaquée par groupes armés jihadistes qui s'en prennent aussi bien aux civils qu'aux militaires.

 

Le 21 mars, les localités d'Intezayane, Bakorat, Woursanat et plusieurs autres hameaux et campements situés dans le département de Tillia, région de Tahoua, ont été attaqués par des hommes armés qui ont tué 141 personnes, selon un bilan officiel.

 

Ces attaques étaient les plus meurtrières commises au Niger ces dernières années par des jihadistes présumés. Le Niger fait face dans le sud-est, frontalier du Nigeria, aux attaques du groupe jihadiste nigérian Boko Haram, et dans sa partie ouest, proche du Mali, à celles de groupes affiliés à l'Etat islamique (EI) et à Al-Qaïda.