Plus de 40 organisations européennes de fact-checking ont approuvé un code qui définit des principes de méthodologie, d’éthique et de transparence nécessaires pour lutter efficacement et en toute intégrité contre la désinformation.

Le "European Code of Standards for Independent Fact-Checking Organisations" (« Code européen des principes pour les organisations indépendantes de fact-checking »), qui a été publié aujourd’hui, a été élaboré dans le cadre d’un projet impliquant des organisations de fact-checking de plus de 30 pays d’Europe. Il est le résultat de mois de recherches, d’enquêtes, de débats et de discussions entre les fact-checkers européens, ainsi qu’avec des chercheurs et d’autres experts de la désinformation. La version finale du code a été approuvée par 44 des 45 organisations qui ont voté.

Le code, qui couvre des questions traitant, notamment, de l’usage des sources, de l’impartialité et de la transparence sur les sources de financements, doit être respecté pour que les organisations de fact-checking deviennent des membres certifiés du « European Fact-Checking Standards Network » (EFCSN, réseau européen des principes du fact-checking), qui soutiendra et représentera cette communauté. L’adhésion au réseau permettra aux citoyens de savoir quelles organisations européennes de fact-checking opèrent de manière indépendante, éthique, et avec l’engagement de servir l’intérêt public.

Le texte du code étant désormais approuvé, les organisations européennes de fact-checking se réuniront à Madrid à la fin du mois de septembre pour discuter et définir la mission et la structure du réseau, ainsi que l’organe de gouvernance qui supervisera l’application du code.

En outre, dans les mois à venir, l’EFCSN aidera les organisations européennes de renseignement de source ouverte (OSINT, open source intelligence) à développer un ensemble distinct de principes adaptés à leur travail et à leur mission.

Le projet EFCSN bénéficie du soutien de la Commission européenne, dans le cadre du plan de travail 2020 sur le financement de projets pilote et d’actions préparatoires dans le domaine des « réseaux de communication, des contenus et de la technologie ». Il est dirigé par six organisations européennes spécialisées dans la lutte contre la désinformation : Fundación Maldita.es (Espagne), AFP (France), CORRECTIV (Allemagne), DEMAGOG (Pologne), Pagella Politica/Facta (Italie) et EU DisinfoLab (Belgique).